Le 109 : Pôle de cultures contemporaines - ville de Nice

POUSSER LES MURS #5 : LISIE PHILIP

POUSSER LES MURS #5 : LISIE PHILIP

Lisie PHILIP (Nice) Danseuse et chorégraphe, Lisie PHILIP a fondé la compagnie Antipodes en 1998, après avoir dansé au Béjart Ballet Lausanne, au Grand Théâtre de Genève et à l’Opernhaus de Zürich. Le travail de celle-ci, axé sur une écriture chorégraphique et dramaturgique pour et dans l’espace public et sur une recherche de rapports différents avec le spectateur tendant vers l’intime et le partage, est régulièrement montré à travers l’Europe (France, Belgique, Pays-Bas, Angleterre, Allemagne, Portugal, Pologne…). Au sein du 109, les collaborations entre la Compagnie Antipodes et le Forum sont anciennes et récurrentes. Elles explorent les rapport du corps à l'espace tel que vus par l'architecture et par la danse, tant en lien avec la programmation des expositions ou des débats du Forum qu'avec les actions en milieu scolaire de la compagnie.

La proposition de Lisie PHILIP

Lorsqu'on a l'habitude de danser dans les espaces publics, où les perspectives sont presque infinies, que peut-on faire de ce corps confiné à la maison, où le regard ne peut que se poser sur des murs. Comment ré-habiter ce corps ? Comment l'habituer à cet appartement citadin sans balcon vingt-quatre heures sur vingt-quatre ?

Cette proposition donne à voir une sélection de vidéos réalisées quotidiennement par Lisie PHILIP durant le confinement (jours 4, 6, 13 et 17), intentionnellement cadrées verticalement et filmées en noir et blanc. Après une pause de quelques jours, puis le déconfinement partiel, il s'est alors agi de "retrouver la mer", en cadre élargi à l'horizontale et avec un retour parcimonieux à la couleur sous un ciel encore plombé.


vidéos à consulter :

Confinement - Jour 4... Lisie is in the kitchen

Confinement - Jour 6.... Trouver sa place

Confinement - Jour 13... The frame is too small

Confinement - Jour 17...Living Room

Retrouver la mer....

Pousser les murs : le cadre général

Au Forum d'Urbanisme et d'Architecture, nous avons l’habitude de présenter l’architecture, la ville et le paysage comme des environnements sensibles, porteurs de sens, de plaisirs esthétiques et de liberté. De fait, nous ne nous faisons pas à l'idée que notre cadre bâti le plus familier — celui de nos domiciles — puisse être vécu aujourd’hui par un funeste effet de retournement en cette période de confinement comme une entrave qui nous limite, voire nous oppresse.

Pour interroger, ou même conjurer ce sentiment d'enfermement, nous nous sommes interrogés sur les multiples façons dont nous pourrions en quelque sorte "pousser les murs", et regarder et vivre d'une manière légère, surprenante ou stimulante cette "boîte" qui est, pour une durée indéterminée, notre univers limité (et ceci d'autant plus que le temps pour le faire nous est désormais offert à l'excès).

"Pousser les murs" est ainsi un mot d'ordre, mais également le titre d'une carte blanche que nous avons proposée à diverses personnalités du monde de l'architecture, de l'urbanisme, du design et d'autres champs de la culture et du savoir afin qu'ils partagent avec nous leur manière de voir plus loin au-delà des murs.