Le 109 : Pôle de cultures contemporaines - ville de Nice

UN JOUR, UNE ŒUVRE #16 : MAISON DE VACANCES SUR FILS

UN JOUR, UNE ŒUVRE #16 : MAISON DE VACANCES SUR FILS

Lorsque la Ville de Nice a reçu le fonds d'archives privées de l'architecte Guy Rottier (1922-2013) — à l'initiative du Forum et avec les contributions décisives du service des Archives et du MAMAC —, l'engagement a été pris de rendre ces quelques huit mille pièces accessibles au public, au fur et à mesure que de leur inventaire et catalogage. En trois ans, deux expositions au Forum et une exposition hors les murs ont déjà permis de lever le voile sur ces témoignages, pour la plupart inédits, de la pensée et de l'œuvre d'un des architectes niçois les plus singuliers. Avec "Un jour, une œuvre", nous donnons à voir dix-huit pièces comme autant de "coups de cœur" qui, par la variété même de leurs formes, de leurs supports et de leurs contenus, illustrent la construction des idées de Guy Rottier et du cheminement de sa pensée, véritable machine à idées de l'architecture du xxe siècle.

#16 : Maison de vacances sur fils (non daté)

Se libérer du sol, au sens physique (flotter au-dessus de lui) comme au sens matériel (ne plus dépendre de la propriété foncière), est, ici encore, une clé de lecture de cette architecture de loisir. Après un usage en saison dans un emplacement choisi par simple coulissement le long d'un câble surélevé tendu en travers du paysage, suspendus à la manière d'une araignée à son fil et arrimés au sol comme par des fils de soie de cette dernière, les modules d'habitation (inspirés structurellement des ailes en toile tendue sur une ossature de biplans de la guerre de 14) sont ensuite rassemblés, à la manière de nacelles de télésiège, en bout de ligne pour rendre le site à son état d'origine pour la morte saison.

Esquissé dès le milieu des années soixante, exposé en 1967 à la galerie Knoll International à Nice, le projet a, comme souvent avec Guy Rottier, été retravaillé sur près de quinze ans, dans une grande diversité de techniques de représentation : dessin au simple trait à l'encre (comme ici), collage presque abstrait d'à-plats de papiers découpés, perspective  à l'aérographe, à l'encre et aux lettres transfert, qui repoussent à eux tous les limites de la palette de l'architecte.