Le 109 : Pôle de cultures contemporaines - ville de Nice

UN JOUR, UNE ŒUVRE #9 : ÉCHIQUIER À SIX FACES DANS L'ESPACE

UN JOUR, UNE ŒUVRE #9 : ÉCHIQUIER À SIX FACES DANS L'ESPACE

Lorsque la Ville de Nice a reçu le fonds d'archives privées de l'architecte Guy Rottier (1922-2013) — à l'initiative du Forum et avec les contributions décisives du service des Archives et du MAMAC —, l'engagement a été pris de rendre ces quelques huit mille pièces accessibles au public, au fur et à mesure que de leur inventaire et catalogage. En trois ans, deux expositions au Forum et une exposition hors les murs ont déjà permis de lever le voile sur ces témoignages, pour la plupart inédits, de la pensée et de l'œuvre d'un des architectes niçois les plus singuliers. Avec "Un jour, une œuvre", nous donnons à voir dix-huit pièces comme autant de "coups de cœur" qui, par la variété même de leurs formes, de leurs supports et de leurs contenus, illustrent la construction des idées de Guy Rottier et du cheminement de sa pensée, véritable machine à idées de l'architecture du xxe siècle.

#9 : Échiquier à six faces dans l'espace (collage photographique)

Déjà au Maroc (où il les faisait fabriquer par des ébénistes), puis des années encore après son retour à Nice, Guy Rottier concevait inlassablement des échiquiers — y compris celui-ci, destiné à douze joueurs en sortie extravéhiculaire (une thématique inspirée par l'optimisme pour la conquête spatiale qui a longtemps baigné la culture populaire). Il les considérait comme des éléments de design à part entière, dont il questionnait la configuration, et qu'il présentait à des musées ou galeries pour exposition ou pour édition.

Ils étaient surtout pour lui une métaphore du monde et de ses rapports de pouvoir, ce qu'il expliqua dans plusieurs écrits, selon des rituels qui se retrouveraient selon lui dans les règles du jeu d'échecs. Pour un architecte qui mena toute sa vie d'âpres batailles professionnelles (entre jeu d'échecs et poker menteur), la métaphore prend un écho tout particulier.